Skip to content


Florence VUILLEUMIER LAURENS / Pierre LAURENS, L’Âge de l’inscription

Platzhalter
L’Âge de l’inscription

La rhétorique du monument en Europe
du XVe au XVIIe siècle

Platzhalter

Platzhalter

Les Belles Lettres
Collection: Le cabinet des images
N° vol. dans la collection: 2
Langue: français
ISBN-10: 2-251-44386-X
ISBN-13: 978-2-251-44386-7
Référence: 36237
Année de publication: avril 2010
Nb de pages: 302
Format: 22,5 x 24 cm
Prix: 47,00 €

Résumé

La redécouverte et l’étude, au seuil de l’âge moderne, des monuments antiques avec leurs épigraphes en belles capitales romaines, n’ont pas seulement satisfait le plaisir de la chasse et de la collection et nourri en profondeur la connaissance de tous les secteurs du monde ancien, mais elles ont déclenché une véritable vogue en même temps qu’un spectaculaire renouvellement de la forme inscriptionnelle, tant chez les particuliers qu’entre les mains des États souverains, à Rome d’abord, puis dans les cours princières d’Europe, tant sur les monuments que sur les supports plus légers des fêtes éphémères (entrées royales et funérailles princières), avant d’envahir le livre lui-même, dépositaire d’un nouveau genre littéraire, l’elogium, intermédiaire entre prose et poésie : non répétition mais interprétation originale du modèle antique, accompagnée et surveillée par les recherches sur la forme et la mise en page de la lettre et productrice de deux grands débats : le premier, sur le style de l’inscription, qui oppose de part et d’autre des Alpes une esthétique de la magnificence à une esthétique de la gravité, le second, le plus riche de conséquences, symbolisé par la substitution du français au latin sous les tableaux historiques de Charles Le Brun dans la Grande Galerie de Versailles. Ce dernier épisode, en fermant une époque et en ouvrant une nouvelle ère de l’inscription, justifie l’arc chronologique défini par les auteurs, en même temps qu’il illustre de façon éclatante les interfaces multiples d’un objet situé au croisement de disciplines multiples, histoire, politique, rhétorique, histoire de l’écriture, histoire de l’art.

Sommaire

Chapitre premier : Naissance de l’épigraphie moderne.

Chapitre II : Un des premiers cycles d’inscriptions modernes : le Tempietto de Giovanni Gioviano Pontano à Naples.

Chapitre III : La rêverie épigraphique dans l’Hypnerotomachia Poliphili de Francesco Colonna.

Chapitre IV : L’invention de l’Emblème par André Alciat et le modèle épigraphique.

Chapitre V : Le modèle romain.

Chapitre VI : L’image du roi dans la Pompa introitus Ferdinandi à Anvers en 1635.

Chapitre VII : La pédagogie des vertus royales dans les décorations funèbres.

Chapitre VIII : L’inscription dans le livre : naissance d’un genre littéraire, l’elogium.

Chapitre IX : De la pratique à la théorie : le Cannocchiale aristotelico lu comme un traité de l’inscription héroïque.

Chapitre X : L’orateur et le monument dans l’Ars epigraphica d’Ottavio Boldoni.

Chapitre XI : Le débat sur la langue de l’inscription : l’arc de triomphe du faubourg Saint-Germain.

Chapitre XII : Le chantier de Versailles et la péripétie des inscriptions latines, puis françaises à la lumière des récentes découvertes.

Posted in Neuerscheinungen.